Voyage au pays des livres

Publié le 2 Novembre 2016

Me voilà tout juste revenue de deux mois de stage à Toulouse dans un atelier de restauration de papiers et de reliures.

Ici, de nombreux ouvrages nous arrivent de diverses bibliothèques, des 4 coins de la France. J'ai eu la chance de travailler sur de très grands formats (72x54cm, rien que ça !).

Les principales altérations sont les gardes détachées et les coiffes en cuir lacunaires. Laissez moi donc vous guider à travers les différentes étapes de restauration.



Etape 1 : Consolidation des gardes

Pour cela, nous utilisons du papier japonais que nous collons à cheval entre la garde et la contre garde afin de créer une sorte de charnière. L’adhésif utilisé est la colle klucel diluée à 20% dans de l’éthanol.

Petit avant/après de la consolidation des gardes.Petit avant/après de la consolidation des gardes.

Petit avant/après de la consolidation des gardes.

Etape 2 : Consolidation des coins

Afin de renforcer l’ensemble et de lui rendre sa forme plane, nous employons de la colle Tylose diluée à 20% dans de l’eau déminéralisée. Le choix de cette colle se justifie par son rendu plus « dur » et solide que celui qu’offre la colle d’amidon. Une fois la colle appliquée entre les différentes épaisseurs de carton, nous plaçons le coin entre deux épaisseurs de carton recouvert d’intissé et nous maintenons le tout à l’aide d’une pince.

Avant/après restauration de coinsAvant/après restauration de coins

Avant/après restauration de coins

Etape 3 : Restauration de l'apprêture et de la carte à dos

Le livre ici présent est constitué d’un dos brisé : la carte à dos n’est pas collée à l’apprêture et aux fonds de cahiers. Ce sont les plats, rattachés aux gardes qui assurent la cohésion du dos à l’ouvrage.

L’apprêture est lacunaire à l’endroit du décollement de la carte à dos. Nous la restaurons à l’aide de papier japonais fin et de colle klucel.

La carte à dos est lacunaire. Il faut donc veiller à lui restituer sa continuité sur toute la longueur du dos du livre. Pour cela, nous utilisons deux épaisseurs de papier chiffon pour restituer la carte à dos.

 

Avant/après la restauration de l'apprêture et de la carte à dosAvant/après la restauration de l'apprêture et de la carte à dos

Avant/après la restauration de l'apprêture et de la carte à dos

Etape 4 : restauration de la coiffe en cuir (restez, c'est le meilleur !)

Une fois la nouvelle carte à dos mise en place, il faut alors la recouvrir de cuir.

La première étape à effectuer est le découpage de la nouvelle pièce. Pour qu’elle soit aux bonnes dimensions, il faut qu’elle recouvre la partie lacunaire, et déborde sur les cotés afin de les passer sous le cuir d’origine, et elle doit aussi dépasser au niveau de la fin de la carte afin de créer les remplis.

Ensuite, après avoir découpé la pièce de cuir, il faut la parer. Cela consiste, à l’aide d’un couteau à parer, à gratter le côté chair de la peau pour l’amincir au maximum sur ses extrémités afin de ne pas sentir  la superposition entre le cuir d’origine et le nouveau cuir. Le tout est finalement collé à la colle d'amidon sur la carte à dos.

 

 

A gauche : Le couteau à parer et la peau parée / A droite : mise en place de la pièce de cuir sur la zone à restaurerA gauche : Le couteau à parer et la peau parée / A droite : mise en place de la pièce de cuir sur la zone à restaurer

A gauche : Le couteau à parer et la peau parée / A droite : mise en place de la pièce de cuir sur la zone à restaurer

Etape 5 : Ré incrustation de cuir

Une fois la pièce mise en place et séchée, il faut à présent procéder à la ré incrustation de cuir : il faut gratter la partie fleur de notre nouvelle pièce de cuir pour venir y coller la partie dépassante du cuir d’origine. Cette étape de ré incrustation (de même que la parure du cuir) sert à ne pas sentir la superposition des deux épaisseurs de cuir. Ensuite, nous pouvons enfin coller ensemble les deux épaisseurs de cuir.
 

A gauche : grattage du cuir de restauration en vue de la ré incrustation / A droite : la coiffe après restaurationA gauche : grattage du cuir de restauration en vue de la ré incrustation / A droite : la coiffe après restauration

A gauche : grattage du cuir de restauration en vue de la ré incrustation / A droite : la coiffe après restauration

Pour vraiment achever la restauration de cet ouvrage, nous appliquons de la klucel sur l'ensemble du cuir d'origine afin de le protéger et de le nourrir.

Et la ... Tadaaaaaa, la coiffe est restaurée et la restauration de l'ouvrage est terminée !

Rédigé par Claire Engelhorn

Publié dans #Papiers

Repost 0